Dubaï, l'un des pays comptant le plus de rois du pétrole au kilométre carré. Il connait depuis quelques années un développement hallucinant en terme d'infrastructures touristiques, avec des projets grandioses, comme le Palm Island Resort ou l'hôtel Burj-Al-Arab.

J'entend souvent à la télé ou ailleurs, que les rois du pétroles et autres riches investissent dans ce développement, afin d'avoir une solution de rechange, une nouvelle source de revenus quand le pétrole viendra à manquer.

Qu'ils disent[1]... Bon. Pourquoi pas.

Question à deux balles : quand il n'y aura plus assez de pétrole pour faire fonctionner ce qu'on appelle des avions, comment ira-t-on en vacances à Dubaï ? (ou plutôt, comment iront les riches à Dubaï en vacances, parce que ce n'est pas des hotels deux étoiles qu'il y a là-bas). Comment les investisseurs compteront-ils remplir leurs hôtels ?

Aprés reflexion, j'ai peut-être un début de réponse : il n'y aura que les riches qui pourront se payer des barils de pétroles pour remplir les réservoirs de leur jets privés. Ok mais aprés, quand il n'y aura plus une goutte ?

Notes

[1] Les journalistes ou les intérressés, je ne sais pas trop si ce sont des raisons officiels ou des affabulations de journalistes que tout le monde répète.