Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - ordinateur

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi, juillet 24 2008

Les progrès des machines

Sur mon nouveau portable, il a fallu que j'installe mes projets courants, les outils dont j'ai besoin etc. L'une de mes priorités : pouvoir compiler Etna et Firefox. J'ai été très agréablement surpris par les performances de cette nouvelle machine pourtant modeste au niveau du materiel : je met autant de temps pour compiler firefox, que sur une des becanes du boulot pourtant plus puissante sur le papier. Et voici une comparaison grossière :

Compilation de Firefox
Machine processeur mémoire vive disque dur processus Temps
Desktop (4.5 ans) Pentium 4 dual core 3Ghz 1Go 150Go IDE make en -j2 49 min
make en -j6 + distcc :
2 processus en local + 4 sur le serveur dell
25 min
Autre desktop dell (serveur) (2,5 ans) Pentium D dual core 2.80 Ghz, cache 2Mo 2Go 150Go sata make en -j2 24 min
Mon portable Dell 1525 (1 semaine) Pentium dual core T2390 1.86 Ghz, cache 1Mo 2Go 80Go sata make en -j2 26 min

Ainsi :

  • Le portable a un processeur moins rapide et avec moins de cache mémoire, mais il arrive à aller aussi vite que les autres machines plus puissantes.
  • Pour les performances "désastreuses" du desktop, je pense que c'est à cause du fait d'avoir un seul giga-octet de mémoire (il swap pas mal j'ai l'impression, surtout lors du link de la libxul qui est assez énorme), mais aussi certainement le disque dur, un "vieux" truc en IDE (il y a des dizaines de milliers de fichiers à lire pour compiler le code source de Mozilla). Ce n'est que grâce à distcc que j'arrive à avoir un temps de compilation correcte.

Notez qu'en dehors de la compilation, ces machines ne faisaient quasiement rien d'autre, avec au pire seulement un navigateur ouvert.

Conclusions :

  1. Les progrès dans le design des processeurs et des chipsets sont indéniables, puisque à "puissance" inférieur à celle de composants plus anciens, on arrive à avoir des performances équivalentes voire meilleure. Ce n'était pas le cas "dans le temps", où pour avoir plus de performance, il fallait forcément avoir plus de puissance (enfin il me semble). Je reconnais toutefois que mon analyse est très grossière, car je n'ai pas regardé en détails les caractéristiques de chaque machine, de chaque carte mère, ni comparé la qualité des composants. Mais le portable est quand même un modèle d'entrée de gamme, que n'est pas le desktop Dell testé.
  2. Faut que je demande au moins une barrette de Ram de 1Go à mon patron :-)

mardi, juillet 22 2008

Un nouveau portable

À mon retour des RMLL, j'ai essayé de faire quelque chose sur mon vieux portable agonisant. Je l'ai désossé complètement, vérifié toutes les connections, au cas où le problème aurait été un truc à moitié débranché suite à un choc. J'ai aussi enlevé la poussière qui obstruait la sortie d'air chaud. Mais rien n'y a fait : j'ai toujours ces problèmes d'affichage, et donc pour moi la carte graphique est morte.

J'ai donc décidé suite à ça de me trouver un nouveau portable. J'ai bien regardé les occasions, mais je n'ai pas trouvé des choses qui me plaisaient à bas prix. Je n'ai pas non plus trouvé de vieux Toshiba M10 ayant la même configuration graphique pour éventuellement récupéré la carte graphique. Et puis, franchement, j'en ai marre de me traîner depuis des années avec du matériel d'occasion. J'ai donc craqué, raclé les fonds de tiroir, et je me suis payé un Dell inspiron 1525, livré sous Ubuntu. Il est arrivé aujourd'hui, ce qui me laisse du temps pour installer ce dont j'ai besoin pour le Summit Mozilla.

La coque externe est sympa. L'intérieur un peu moins beau, les plastiques faisant un peu "cheap", mais je ne vais pas faire le difficile : c'est l'entrée de gamme chez Dell tout de même.

Coté connectivité, il y a vraiment tout : 4 USB, HDMI, firewire, sortie VGA et télé, lecteur carte SD/MMC, sortie casque et microphone, Ethernet, Wifi, modem. Suffisant pour moi en tout cas. J'ai rajouté l'option écran 15.4p en 1440*900, batterie 9 cellules, webcam, processeur dual core T2390 (c'est pas super tip top mais mieux que le pauvre celeron de base par défaut) et 2 Go de ram : il me faut pouvoir compiler Mozilla sans problème. Coté carte graphique, c'est un truc de base intégré Intel. Pas besoin de plus pour développer.

Au premier démarrage, c'est un bonheur d'avoir de suite un linux, et pas avoir à virer Windows. En plus, absolument tout fonctionne sans rien configurer : de la webcam au wifi, en passant par les effets compiz ou la mise en veille (faut que je configure la mise en veille au rabat de l'écran, pour vérifier tout de même).

Après quelques heures d'utilisations, je n'ai rien à redire, c'est parfait :-)

Enfin presque. Parce que Ubuntu, c'est Gnome quand même[1]. Je sens que d'ici quelques jours, je vais le remplacer par KDE. Il y a des petits trucs qui me chiffonnent. J'ai par exemple l'impression qui me prend pour un neuneu dans certaines boites de dialogues de préférences, tellement il y a peu d'options utiles et qu'il manque à mon avis des options importantes. L'alternative est de passer par GConf. Mais.. comment dire... Gconf... Pour un environnement qui se veut User-Friendly, Gconf n'est franchement pas une réussite, et aussi bordélique que la registry de Windows. Dans KDE, j'ai au moins cette impression de pouvoir contrôler un minimum de chose, sans trop en avoir dans tout les sens, tout en ayant une interface agréable. Les vieilles boites de dialogues clickodromes des vieux KDE n'existent plus vraiment. M'enfin je lui laisse une chance à ce Gnome. On verra bien. C'est bien parce que je ne veux pas passer du temps à tout réinstaller pour le moment :-).

Mise à jour : en fait, l'organisation des préférences et des paramètres systèmes est différente, faut chercher ceci ou cela ailleurs, et donc certaines boites sont plus vide que d'autres. L'écart entre les deux environnements est donc moins grand que ce que je voyais au début. Reste quand même que la boite de préférence "à la Mac" de Kde fournie dans Kunbuntu est bien plus sympathique que ce menu de préférences à rallonge de Gnome, que l'éditeur de texte Gedit n'arrive pas à la cheville de Kate, que je préfère adept plutôt que synaptic, que certains programmes vont me manquer comme kdiff3 etc.

Notes

[1] Oui, c'est un paragraphe trollesque

mercredi, juillet 2 2008

Mon portable : RIP

  • Départ pour les RMLL mardi.
  • Dans le TGV, je profite des 5 heures de trajet pour terminer sur mon PC portable les slides pour les deux confs que je vais faire
  • Arrivée à Mont de Marsan, grosse chaleur.
  • Arrivé au stand Mozilla, et sous le chapiteau des associations, il fait encore plus chaud
  • je déballe et allume mon portable : des stries et pleins d'autres bizarreries sur l'écran. Je tapote un peu et ça revient à la normal.
  • Après quelques minutes d'utilisation, les stries apparaissent à nouveau. Le portable est très chaud.
  • Reboot, toujours les stries. Impossible d'arriver sur l'écran de login : absolument rien n'est lisible, clavier inopérant
  • Reboot en mode de secours d'Ubuntu. Là non plus, ça n'arrive pas jusqu'au bout
  • Ça ne fonctionne pas mieux avec un écran externe, ni une fois le PC refroidi.

Je me rend à l'évidence : la carte graphique est morte. Est-ce dû à un choc ? À la chaleur ? je ne sais pas. Toujours est-il que je n'ai plus accès à mes documents, et fichiers pour mes confs. Sur le coup, autant dire que je suis heu-reux !

Aujourd'hui, branle bas de combat pour résoudre le problème. Recherche d'un tournevis sur le stand France Wireless, extraction du disque dur, branchement du disque sur un autre PC du stand Exia-Cesi (Merci les gars !) et transfert des fichiers sur une clé USB. Ouf, dégats limités.

Par chance, Paul est venu avec deux portables et peut m'en préter un pour les conf. Je suis sauvé (même si il faut que je reinstalle des trucs pour l'atelier et les démos :-( ).

Reste à me trouver un nouveau portable, plutôt d'occaz (parce que vu les prix..), pour le Summit Mozilla à la fin du mois. Fais vraiment chi**.

Énorme besoin de vacances d'un seul coup...

samedi, octobre 28 2006

Mandriva 2007 vs Kubuntu 6.10

Histoire de remettre ma machine au gout du jour à la maison, j'ai testé l'installation de deux distros dernière génération : Mandriva 2007 et Kubuntu 6.10.

Lire la suite...