Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, juin 30 2012

Ma période HP48, Minitel et RTC-ONE

Au début des années 90. Je délaissais mon TO9, pour commencer à manipuler le PC flambant neuf de mon père, en découvrant le langage C. Mais j'étais aussi à fond sur la programmation de la calculatrice HP48.

Lire la suite...

mercredi, octobre 14 2009

TI: interdiction de bidouiller sa machine ??

Mékilsoncon ! Texas Instrument interdit d'installer un firmware sur ses calculatrices, pour des histoires de droits !

D'un coté, ça ne m'étonne pas, j'ai toujours trouvé que Texas Instrument faisaient des calculatrices de mer.. pas assez bidouillables. Au début des années 90 déjà, faire un programme qui utilisait au maximum les possibilités de la machine (comprendre, en assembleur), c'était presque mission impossible. Fallait faire des hacks de malade, peu pratiques. Peu interressant.

Contrairement à HP. Dans les HP48 par exemple, en programmation RPL, il y avait des objets pour les nombres, pour les chaines, pour les sources en RPN, pour les bibliothèques etc. Et il y en avait aussi... pour les programmes binaires ! On pouvait donc installer un assembleur (merci à Phong "hpninja" Nguyen pour avoir crée le premier assembleur sur hp48 :-)), et coder comme des malades en assembleur, créé des binaires super optimisé, torturant au maximum cette petite machine, arrivant à en faire une véritable console de jeu digne des gameboys de l'époque ! (qui plus est, autorisées officiellement en cours et au BAC :-) ). On pouvait aussi appeler en RPL, des routines de la ROM, offrant encore plus de possibilité à celui qui programmait simplement en RPL (non officiellement documentés, mais heureusement, il y avait des livres pour ça, merci Paul Courbis et Sebastion Lalande !).

Bref, je me suis éclaté avec cette machine (en réalisant entre autre ces programmes là). Et d'autres développeurs aussi, au point de justement refaire un OS (le metakernel !). La mémoire ROM à l'époque n'était pas flashable (encore chère à l'époque), mais il y avait de quoi changer le boot, pour faire démarrer la machine sur un autre endroit que la ROM.

HP n'a jamais d'ailleurs interdit ces pratiques ou limiter cette "bidouillabilité", bien au contraire. Ils ont même fini par embaucher des auteurs du metakernel, qui servira de base plus tard à l'OS de la HP49.

Les gusses de Texas Instrument devraient y réfléchir...