On me reprochait dans mon billet précédant sur les dérives d'utilisation de DHTML, de "taper" sur un pauvre étudiant de 17 ans, alors que j'avais pourtant bien précisé que je m'appuyais juste sur un exemple de mauvaise pratique et que je ne lui en voulais pas du tout.

Pour contrebalancer et satisfaire les grincheux, je vais taper maintenant sur un "pro". Dans un des commentaires, voilà qu'on me signale un nouvel exemple de drag and drop abusif : http://support.free.fr.

Cette page propose des manuels PDF à télécharger. Pour les télécharger, il ne faut pas cliquer sur un lien (bah oui ma bonne dame ! C'est beaucoup trop simple vous comprenez !), il faut glisser-déposer une image correspondant au pdf voulu vers une zone de l'écran, pour démarrer le téléchargement.

Interro surprise :

  • À quoi ça sert ?
  • En quoi c'est web 2.0 ?
  • En quoi cela améliore l'experience utilisateur ?

Ramassage des copies à la fin de la journée.

À la décharge du développeur, cet exemple est toutefois mieux pensé en terme d'accessibilité[1] que le précédent. En effet, en dessous de chaque image, il y a un vrai lien, qui disparait aprés chargement de la page par du javascript (et qui donc reste visible si le javascript est inactif), et que l'on peut faire apparaitre en cliquant sur un lien spécifique "Pour Télécharger avec une navigation classique cliquez ici.".

Notes

[1] Enfin, accessible, c'est tout de même vite dit, car le layout, c'est de la bonne vieille soupe de balise et tableaux à gogo : sémantique = 0. Le type ne doit pas savoir ce qu'est CSS, ni ce qu'est le HTML, ce qui est limite en 2006.