Alors bien sûr, c'est un scandale. C'est même honteux comme l'écrit Daniel. C'est inadmissible.

Mais un commentaire sur l'article de zdnet m'a fait tilté :

Pourquoi acheter des DVD ? des CD ? Qui est le CLIENT ? Qui décide d'acheter ? Supprimons ces produit de notre liste d'achat et rabattons-nous sur d'autres saines distractions (promenades, musées, livres, jeux de société divers, internet, calins, etc...).

En effet, pourquoi acheter des DVD ou des CD ? Les majors nous en fait prendre l'habitude d'en acheter régulièrement. Ils nous bassinent à longueur de journée, à la radio ou à la télé, avec les tubes qu'ils veulent nous faire écouter, nous faire acheter. On se sent alors obligé d'acheter un dvd, un cd pour écouter de la musique, regarder un film. C'est devenu une drogue. La majorité des gens ne resistent pas. Ils consomment, consomment, consomment. Les nouvelles technologies (internet, P2P) n'ont rien arrangé : nous pouvons en avoir plus, gratuitement (ou pas), illégalement (ou pas), et nous en voulons plus, toujours plus.

Et comme pour toute drogue, nous râlons car ils vont restreindre l'usage qu'on en fait, ils vont restreindre l'accés à ces musiques, à ces films. On va être en manque ! Seuls ceux qui daigneront ouvrir leur porte-monnaie auront leur dose et pourront planer sur les airs du dernier tube.

Bref, nous sommes tous des camés de musique et de films des majors.

Devant l'excitation des majors qui ne comprennent rien à rien, nous n'avons qu'une solution qui réglera tout : changer de dealer, et entamer une cure de désintoxication.

Changer de dealer, c'est à dire ne plus acheter de cd/dvd des majors. Aller plutôt écouter de la musique en concert, aller se fournir en musique libre sur des sites comme jamendo (qui plus est, n'empêche pas les artistes d'être rémunéré). On y trouve des artistes plus talentueux que ces faux artistes que tentent de nous vendre les majors aux travers de star'ac &co. Par la même occasion, on se fait une cure de désintoxication. On écoute autre chose que les morceaux de bruits que veulent nous vendre les majors. Et on en écoute moins, on visonne moins. Cela nous laisse plus de temps pour faire autre chose. Et surtout, les lois DADVSI & co ne nous conçernent alors plus. Plus de raisons alors de nous inquiéter.

Moi j'ai rompu avec ces putins de dealers depuis fin 2001. Ma désintoxication s'est à peu prés bien passé. Quand je suis en manque, j'écoute la radio, mes vieux cd. J'ai craqué à de rares occasions. Et je vais commencer maintenant à me fournir ailleurs, sur ces sites de musique libre. Quand j'aurais du temps.

Histoire de ne plus être consommateur, mais public. Ce qui est beaucoup plus humain vous ne trouvez pas ?